Cette page regroupe à la fois mes expériences, quelques réflexions, et quelques sources d’inspiration sur le sujet de la pédagogie, de la transmission et de l’apprentissage.

Vidéos pédagogiques

Pour les plus pressés : ma chaine YouTube « les maths par l’exemple » est ici : https://www.youtube.com/c/Lesmathsparlexemple.

Utilité des vidéos en maths

Dans le cadre de l’expérience d’apprentissage par problèmes (APP) (expérience décrite ci-dessous) puis de classe inversée (idem, voir plus bas), nous nous appuyons sur des ressources vidéos.

elephants-hand-lady-88476

En effet, une des principales critiques de l’apprentissage en autonomie des mathématiques avec un support écrit est la suivante : les maths (comme tout le reste) s’apprennent bien par imprégnation, donc en voyant quelqu’un faire, puis en tentant de reproduire soi-même, avant de pouvoir imaginer du nouveau. Pour cela il est bien plus efficace d’utiliser un support vidéo qu’écrit.

En soutien à un enseignement traditionnel (cours an amphi et séance d’exos dirigée) il est également précieux de disposer de ressources vidéos, plutôt que devoir réexpliquer cinquante fois un calcul déjà fait en amphi et lors des TD précédents… Cela soutient également le travail à la maison en autonomie, et cela peut aussi contribuer pour les étudiant·es qui décident, pour des raisons variées, de ne pas assister aux cours.

A savoir pour faire des vidéos efficaces

Des recherches en pédagogie soulignent que les vidéos sont plus efficaces quand elles sont :

  • courtes (meilleur engagement quand la vidéo fait moins de 6 minutes),
  • artisanales (car plus personnelles / chaleureuses que les vidéos super pro).
Quelques ressources pour faire des vidéos artisanales
  • Utiliser une tablette avec une application de screencasting (il en existe plein), ou connecter la tablette à son ordinateur et capturer l’écran depuis l’ordi (là aussi, plusieurs possibilités).
  • Utiliser un smartphone avec un support ou trépied flexible pour filmer d’en haut.
  • Dans tous les cas, je recommande l’usage d’un microphone (un kit piéton de téléphone portable peut faire l’affaire) : le son ainsi capturé est de meilleure qualité.
Les deux chaines YouTube auxquelles je participe

Mes expérimentations pédagogiques

Apprentissage par problèmes
art-art-materials-business-632470

Je me suis formée à l’apprentissage par problèmes (APP) lors d’un stage d’une semaine à Louvain en 2012 avec FA2L. Avec Elise Arnaud et Eric Blayo à l’Université de Grenoble, nous avons ensuite transformé un module de maths de première année de licence scientifique pour le transmettre totalement en APP. L’expérience a été déroutante, exaltante, épuisante, enrichissante, décourageante, excitante, … Pendant plusieurs années nous avons expérimenté, ajouté et enlevé des éléments, modifié des choses, appris de nos erreurs, de nos joies et de nos étudiant·es.

Quelques ressources issues de cette expérience :

Classe inversée
bookcase-books-bookshelves-256541

Nous avons arrêté l’expérience d’APP en 2017 après le constat suivant : un ingrédient nécessaire pour la réussite d’un dispositif APP est la présence constante des étudiant·es à chaque séance en classe. Hors dans la filière où nous étions, ceci n’était pas garanti (du tout), et nous avions donc un savant système de coercition feuilles d’émargement pour obliger motiver nos étudiant·es à venir, qui avait pour conséquence la sous-motivation de nos troupes (qui venaient en classe pour éviter une mauvaise note) et un fort épuisement de notre côté. Convaincues de la liberté d’engagement à l’université, nous avons relaxé l’obligation de présence en cours, et nous sommes passées à une modalité plus légère : la classe inversée.

Le principe de la classe inversée est simple : les cours magistraux sont supprimés. A la place, les étudiant·es préparent le cours en autonomie à la maison, à l’aide de documents écrits et de vidéos (voir ci-dessous). Les séances en classe sont dédiées à des questions-réponses sur le cours et à la résolution d’exercices.

Apprentissage et neurosciences

Lors de mes années grenobloises, j’ai eu la chance de participer pendant quelques années à un groupe de réflexion pédagogiques (« les émulateurs »). Une fois par mois nous nous retrouvions pour une demi-journée de discussions, de réflexions et d’échanges sur un thème choisi à l’avance, avec des propositions de lectures et de réflexion.

Grâce à ce groupe j’ai lu un certains nombre d’articles autour de la pédagogie, et nous avons notamment passé quelques séances à nous intéresser aux neurosciences de l’éducation.

Nous avons découvert entre autre le travail de Stanislas Dehaene (Collège de France), et en particulier les 4 piliers de l’apprentissage (ou ici en pdf) : l’attention, l’engagement actif, le retour d’information et la consolidation. Pour une présentation détaillée on pourra aller voir la playlist que j’ai faite sur le sujet, sur ma chaine YT.

Méditation en classe

J’ai fait en 2018-19 une expérience de proposer un temps de méditation en classe (une à deux minutes en fin de séance, seulement pour les étudiant·es qui le désiraient). J’ai beaucoup aimé sentir le changement d’énergie dans la classe…

Je réfléchis encore à la manière dont je souhaite poursuivre l’expérience, mais en attendant vous pouvez aller lire le récit que j’en ai fait sur mon blog personnel. Si vous avez des idées ou que ça vous fait réagir d’une manière constructive, n’hésitez pas à me faire un feedback par email.

Communication non violente

Mon objectif de fond en ce moment est d’enseigner en accord avec l’intention et les principes de la Communication NonViolente, à laquelle je me forme depuis l’été 2015.

J’avoue être encore assez perplexe sur comment être congruente avec mes valeurs de responsabilité individuelle, autonomie, interdépendance, liberté de choix, lorsque je suis face à la grosse machine universitaire, et particulièrement son système d’évaluations, d’examens, de notes et de diplômes. Comment concilier mes valeurs et cette situation est encore un mystère pour moi.

Pour le moment, je tâche d’être à l’écoute des humains que je rencontre à la fac, tout en restant à l’écoute de mes valeurs, et je fais de mon mieux pour être, sinon congruente, au moins authentique… En attendant que j’y voie plus clair, je vous mets déjà ici un lien vers cet article de blog sur l’enseignement.

Liberté pour apprendre

En lien avec ma découverte du processus de la Communication NonViolente, mes idées sur la transmission et l’enseignement sont aujourd’hui assez proches de celles de Carl Rogers, que l’on retrouve dans divers courants actuels (comme l’éducation nouvelle, l’éducation sans école, etc.). En restant dans un cadre universitaire, j’ai fait deux expériences en suivant les idées du livre « Liberté pour apprendre » de C. Rogers, une en licence et une en master.

J’ai utilisé le format proposé (nombre d’heures donné, thème donné par l’intitulé de la matière) pour expérimenter ce qui se passe lorsque je partage le pouvoir sur les éléments clefs du cours (contenu détaillé, organisation, assiduité, évaluation) et que je ne suis plus seule à décider ou à distribuer les notes finales. J’avais bien sûr un peu la trouille que tout le monde choisisse de se mettre 18 sans avoir rien fait, mais j’ai quand même choisi de faire l’expérience complètement, en pariant sur le fait que ce partage des pouvoirs formerait un socle de confiance propice à l’honnêteté et à de réels apprentissages. Je n’ai pas été déçue… En douze semaines la plupart des gens se sont engagés bien davantage qu’habituellement, et les productions finales ont été révélatrices d’apprentissages riches et soutenus. Et la joie d’aller en cours chaque semaine, trop bien ! Je rêve aujourd’hui d’une université transformée, où l’on puisse travailler ainsi, pour la joie et le défi d’apprendre des choses nouvelles, pour l’envie d’aller plus loin ensemble.

Quelques sources d’inspiration

Pédagogie à l’université
Apprentissage et liberté
Le coin des lectures

Quelques figures inspirantes